Bienvenue sur le site de votre commune

Fil Info : Mardi 31 octobre  à 14 H :Ciné Jeunes pour les landsérois de 8 à 14 ans avec un concours de déguisement.

Accès rapides

 

Quelques repères pour l'Histoire de Landser 

 

Si un certain nombre de témoignages archéologiques semblent indiquer une occupation du site très ancienne (traces d'habitats de la civilisation rubanée - 4ème millénaire avant JC -, de l'âge du bronze final, de l'âge du fer ; vestiges d'un petit établissement agricole de la période gallo-romaine). La 1ère mention historique de Landser est pourtant récente. C'est dans un texte de 1246 qu'il est question pour la 1ère fois du château de Landser (« castrum Landisera") appartenant à la famille des Buttenheim. En 1269 les Butenheim vendent Landser et le château à l'évêque de Bâle et quelques années plus tard le tout est acquis par les Habsbourg.

chateau

 

Les Habsbourg vont faire de Landser une ville (elle est entourée de remparts et dispose d'un marché), qui devient le centre administratif d'une seigneurie importante (comprenant plus de 30 villages). Mais cette prospérité ne durera pas. A la fin du XIVème siècle Landser a perdu son statut de ville, mais elle reste le chef-lieu de la seigneurie, divisée en Haut- et Bas-Bailliage de Landser.

 

Aux XIV et XV siècles Landser et sa seigneurie sont engagées à de multiples reprises par les Habsbourg - qui avaient besoin d'argent - à des seigneurs-gagistes. Le bourg et le château sont menacés ou dévastés plusieurs fois par les conflits qui touchent la région.

 

Landser et sa région sont particulièrement touchés lors de la guerre de Trente Ans. En 1632-33 Landser est occupé par les Suédois aux ordres du redoutable colonel de Harpf (pillages, destructions, massacres, ...). En 1635 les troupes françaises investissent à leur tour le village et incendient le château qui ne sera pas reconstruit.

 

Dès 1645 la seigneurie de Landser est donnée par le roi de France aux frères Herwart (banquiers originaires d'Augsbourg) en compensation des avances financières accordées pendant la guerre. Leurs héritiers la conserveront jusqu'à la révolution.

 

La 2ème moitié du XVIIème siècle correspond à la période de la reconstruction. Progressivement Landser retrouve une véritable prospérité qu'elle conserve pendant tout le XVIIIème siècle. Son rôle de chef-lieu de seigneurie et de bailliage explique la présence d'un personnel administratif nombreux et de beaucoup d'artisans.

 

Mais la Révolution Française va mettre en cause cette prospérité. Dès les mois de juillet-août 1789, Landser est menacée par la troupe des paysans révoltés du Sundgau. Toute la période révolutionnaire sera particulièrement troublée (notamment en raison des querelles religieuses). Même si Landser reste chef-lieu de canton, le bourg ressort affaibli de cette période (personnel administratif beaucoup moins nombreux que sous l'Ancien Régime).

 

Ce déclin se poursuit au XIXème siècle. Au déclin administratif se rajoute le déclin économique (baisse de l'activité artisanale et de l'activité commerciale en grande partie en raison de l'éloignement par rapport à l'axe de communication principal Mulhouse-Bâle - route et voie ferrée - qui passe par Habsheim et Sierentz).

 

Cette situation se maintient dans la 1ère moitié du XXème siècle. Landser devient un simple village à vocation agricole. Cette situation est confirmée par le transfert du chef-lieu de canton à Sierentz en 1948.

 

Depuis 1970, la construction de nouveaux lotissements a permis le renouveau démographique de Landser, une reprise de l'activité commerciale et un renforcement de son influence au sein du Pays de Sierentz.

Quelques faîts particuliers

 

Les chroniques rapportent qu'en mars 1496 naquit à Landser un animal monstrueux, un cochon avec une tête mais 2 corps séparés et 8 pattes. 2 éminents artistes de l'époque, frappés par cet événement comme tous leurs contemporains, en ont fait leur source d'inspiration : il s'agit de Sébastien Brant (qui rédigea un poème diffusé sous forme de « feuille volante" surmontée d'une gravure représentant le cochon avec le château de Landser en arrière-plan) et de Albert Dürer (qui a réalisé une petite gravure sur cuivre représentant le cochon monstrueux de Landser).

 

En février 1633 plusieurs centaines de paysans révoltés qui avaient été faits prisonniers lors de la bataille de Blotzheim quelques jours plus tôt, sont massacrés par les Suédois entre Landser et Steinbrunn. Cet épisode est à l'origine de la légende du « Kuttelrausgraben" au « fossé aux tripes".

 

En 1929 les pères Salésiens (congrégation fondée au XIXème siècle à Turin par Don Bosco) créèrent à Landser, grâce à une donation de Mme Laillier-Ruell (descendante de la famille Wendling) une école d'agriculture. Transformée en collège d'enseignement secondaire il accueillit dans son internat des jeunes de toute l'Alsace. Aujourd'hui le collège et le lycée Don Bosco accueillent plus de 700 élèves externes et demi-pensionnaires.

↑ haut de page

Quelques Personnalités marquantes

 

Plusieurs membres de la famille GOETZMANN ont occupé la charge de bailli de la seigneurie de Landser aux XVIIème et XVIIIème siècles. Un autre membre de la famille, Louis Valentin GOETZMANN (Landser 1709 - Paris 1794) s'illustra au plan national. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages juridiques. En 1773 il eut une querelle avec Beaumarchais qui connut un grand retentissement. Il mourut sur l'échafaud à Paris durant la Terreur en juillet 1794.

 

François-Joseph-Antoine HELL (Hirsingue 1731 - Paris 1794). Avocat au conseil souverain d'Alsace il fut à partir de 1777 bailli de la seigneurie et du Haut-bailliage de Landser où il s'établit à partir de ce moment-là. En 1789 il fut élu député du Tiers-Etat aux Etats Généraux mais pour le compte des districts de Haguenau et Wissembourg. Il siégea comme député de l'Assemblée Nationale Constituante de juin 1789 à septembre 1791. Il mourut sur l'échafaud à Paris en avril 1794.

hotelflachslanden

 

Eugène KALT (Landser 1861 - Paris 1941). Fils de Jean-Baptiste KALT, notaire à Landser, Eugène KALT fit des études de médecine à Besançon puis Nancy. De 1889 à sa mort il exerça à la clinique nationale ophtalmologique des Quinze Vingts à Paris. Il fit faire d'importants progrès à la chirurgie oculaire et est considéré comme l'inventeur des lentilles de contact (travaux de 1888).

↑ haut de page

 

L'histoire du monastère

monastereUn premier couvent a été construit à cet emplacement à l'initiative d'Ulric et J.Christophe Hug au milieu de XVIIème siècle et occupé par une communauté de Capucins à partir de 1659. Pendant plus d'un siècle ces religieux développèrent leur activité spirituelle (offices, prédication, confessions, ...) au couvent, dans les paroisses environnantes et dans une grande partie du Sundgau.
Mais la Révolution Française entraîna la suppression et la dispersion de la communauté des Pères Capucins. Les bâtiments, devenus biens nationaux, furent vendus. La propriété changea plusieurs fois de mains. Une grande partie des bâtiments fut détruite. L'ensemble resta à l'abandon pendant de nombreuses années.
En 1842, à l'initiative d'Henri Wagner, un habitant de Landser, la propriété fut acquise par les Rédemptoristes qui y installèrent une communauté. Les bâtiments furent remis en état ; on construisit une nouvelle aile et une nouvelle chapelle.
Mais le couvent fut fermé en 1873 (« Kulturkampf" de Bismark). Il resta vide jusqu'en 1921. Les Rédemptoristes y installèrent alors leur noviciat, mais cela ne dura pas.
En 1929 le couvent fut offert aux sœurs Rédemptoristines; de nouvelles transformations furent entreprises et la communauté des sœurs s'y établit en 1931. Depuis cette date (sauf de 1939 à 1945) les sœurs Rédemptoristines sont présentes à Landser et y mènent une vie entièrement consacrée à Dieu.

Situé à l'emplacement d'un ancien couvent de capucins, fermé lors de la Révolution, il a été reconstruit par les Rédemptoristes à partir de 1842 et était occupé par les sœurs Rédemptoristines depuis 1931.
Les sœurs Rédemptoristines ou moniales du très Saint Rédempteur appartiennaient à un ordre fondé en Italie en 1731 par Mère Marie-Celeste Crostarosa (aidée en cela par Saint Alphonse De Liguori). Elles formaient un ordre de vie contemplative avec la préoccupation de continuerJésus-Christ dans sa mission de sauveur du monde.

Elles ont quitté le monastère de Landser en septembre 2012.

↑ haut de page